LABORATOIRES DE RECHERCHE

Ces laboratoires situés en Ile de France qu’en région sont susceptibles de proposer des stages et des thèses et d’accueillir des étudiants.

Orsay

IAS Institut d’Astrophysique Spatiale

LPGP Physique des Gaz et des Plasmas

IEF Institut d’électronique Fondamentale

Palaiseau

LOA Laboratoire d’Optique Appliquée

LPP Laboratoire de physique des Plasmas

LULI Laboratoire pour l’Utilisation des Lasers Intenses

CPHT Centre de Physique Théorique

LPICM Laboratoire Physique Interfaces et Couches Minces

Paris

LATMOS Laboratoire Atmosphères, Milieux, Observations Spatiales (et Guyancourt)

LERMA2 Laboratoire d’Étude de la Matière et du Rayonnement en Astrophysique (et Meudon)

LESIA Laboratoire d’Études Spatiales et d’Instrumentation en Astrophysique

Versailles

LPL Laboratoire de Physique des Lasers

 Chatenay-Malabry

EM2C Laboratoire d’énergétique moléculaire et macroscopique, combustion

 Gif-sur-Yvette : site CEA

IRAMIS  Institut Rayonnement Matière de Saclay : LIDyL  Laboratoire d’interaction et dynamique des lasers

IRFU  Institut des lois fondamentales de l’univers: SAP Service d’astrophysique

Bruyères-le-Châtel : site CEA

DPTA Département de physique théorique et appliquée

DCRE Département de conception et réalisation des expériences

Gif-sur-Yvette

Synchrotron SOLEIL

Orléans

 ICARE Institut de Combustion Aérothermique Réactivité et Environnement (Orléans)

 LPC2E Laboratoire de Physique et Chimie de l’Environnement et de l’Espace (Orléans)

Cadarache : site CEA

IRFM Institut de recherches sur la fusion magnétique

Bordeaux

CELIA Centre Lasers Intenses et Applications

RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT EN ENTREPRISE

Les étudiants peuvent accéder à des postes d’ingénieur Recherche et Développement en entreprise, soit directement après le master, soit après une thèse. Une liste non exhaustive des entreprises est donnée ci-dessous :

Airbus

Air Liquide – Jouy-en-Josas

Alcatel – Paris

Cilas – Marcoussis

Renault – Direction des Recherches – Rueil-Malmaison

Saint-Gobain – Paris

Sodern – Villeneuve-Saint Georges

Thales – Vélizy, Palaiseau

 ECOLES DOCTORALES

Les Ecoles doctorales sont les structures de rattachement des étudiants en thèse. Elles ont plusieurs missions :

  • Elles attribuent, sur concours, des contrats doctoraux suivant un calendrier et des modalités qui leur sont propres : la sélection se fait au printemps de chaque année, tout d’abord des sujets de doctorat proposés par les laboratoires, puis celle des candidats à un sujet de thèse sur la base de leur CV et dans certains cas d’une audition pour bien juger la motivation du candidat. Le contrat s’accompagne d’un financement de 3 ans commençant entre octobre et décembre de l’année de la sélection. A savoir que les laboratoires sont structurés en équipes de recherche et qu’une équipe est affiliée à une seule école doctorale. Une équipe ne peut donc solliciter un financement qu’à l’école doctorale de rattachement.
  • Elles assurent le suivi des étudiants tout au long de leur thèse, au travers d’une charte des thèses, document qui définit les engagements réciproques entre les acteurs du projet doctoral, doctorant, directeur de thèse, afin de conduire à la réalisation du projet de recherche dans les meilleures conditions. Elles effectuent le suivi de l’insertion des étudiants après leur thèse.

EMPLOIS

Le master ouvre à la fois sur la recherche et sur l’entreprise. En France, les thèses peuvent être effectuées dans des laboratoires académiques (CNRS, Universités, CEA, ONERA pour les plus importants dans notre domaine) ou dans des centres de R&D des entreprises, en particulier dans les laboratoires précités. Mais aussi hors de France, en particulier dans les grands laboratoires internationaux disposant de grands instruments de recherche (Joint European Torus (JET) – UK, Gesellshaft für Schwerionenforschung (GSI) – Allemagne, BELLA center, Berkeley – USA, …)

Dans le cadre de la recherche, les financements de thèses sont variés (cf. informations du ministère) :

  • Contrats doctoraux attribués aux écoles doctorales par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la Recherche (contrats de droit public),
  • Contrats doctoraux du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA),
  • Contrats de l’Office national d’études et de recherches aérospatiales (ONERA),
  • Contrats du Centre national d’études spatiales (CNES),
  • Conventions Industrielles de Formation par la REcherche (CIFRE),
  • Bourses de docteur-ingénieur (BDI – CNRS)
  • Financement de région (Ile de France, Aquitaine, …),
  • Bourses de l’OTAN,
  • Bourses des structures fédératives « laboratoires d’excellence » (LABEX), etc….

Il appartient aux candidats à un contrat doctoral de chercher, en premier lieu, les sujets de thèses qui l’intéressent, puis de contacter les équipes de recherches associées à ce sujet et enfin, si intérêt mutuel de l’équipe et de l’étudiant, de monter un dossier de demande de financement thèse auprès d’un des guichets listés ci-dessus. Les étudiants bénéficiant d’un contrat doctoral de droit public (financement par école doctorale) peuvent avoir la possibilité de consacrer soit 100% de leur temps à la recherche, soit de se partager entre le recherche (5/6 du temps de travail) et une mission complémentaire (1/6 du temps de travail). Attention, ceci est une possibilité et non un droit. Malheureusement tous les doctorants souhaitant faire une mission complémentaire n’en obtiennent pas forcément une. Les conditions d’attribution  dépendent  de chaque établissement. L’enseignement est la mission la plus courante : 64 h équivalent TD par an à l’université, dans une mission de monitorat. Ils profitent ainsi d’une pratique d’enseignement et une préparation aux fonctions d’enseignant-chercheur. Ils bénéficient en outre d’une formation généraliste au métier d’enseignant-chercheur : 10 jours de formation annuels sont organisés par un centre d’initiation à l’enseignement supérieur. Le moniteur y reçoit une formation générale. En cas de recrutement ultérieur par l’Université en tant que maître de conférences, ils bénéficient déjà d’une ancienneté pour leur carrière.