SFP-Nancy

Home » SFP-Nancy

 

Avec la construction de très grandes installations sur son territoire, la France est appelée à devenir dans cette décennie un centre de référence mondiale en matière de sciences de la fusion thermonucléaire avec les domaines clés de la fusion magnétique (tokamak ITER) et de la fusion inertielle (laser LMJ).

Pour réussir ce défi énergétique, il est nécessaire de comprendre et reproduire les conditions extrêmes régnant dans les étoiles et donc de maîtriser des milieux ionisés, appelés plasmas, constituant ce quatrième état de la matière omniprésent dans notre univers.

La connaissance de ces plasmas, qu’ils soient naturels ou artificiellement créés sur terre, la physique associée et les technologies permettant de les créer, de les observer et de les contrôler conduit à des recherches avancées au sein de laboratoires de physique des plasmas, d’astrophysique ou de technologie situés au sein des universités et d’écoles d’ingénieur, d’organismes publics tels le CNRS, le CEA et d’entreprises privées.

En raison de l’investissement très important qu’elles engagent, les recherches spécifiques sur la fusion font partie intégrante de réseaux à grande échelle : réseau national (association EURATOM-CEA), européen (organisation European Fusion Development Agreement pour le JET) et mondial (ITER, International Fusion Energy Organization) pour la fusion magnétique et réseau national (Institut Laser Plasmas) et européen (European High Power laser Energy Research-HIPER) pour la fusion inertielle.

Le master-2 “Formation aux sciences des plasmas et de la fusion” vise à préparer des scientifiques et des ingénieurs de très haut niveau, français ou étrangers, aptes à s’investir dans les programmes concernant les recherches sur les plasmas, la fusion et l’énergie, en particulier dans l’exploitation scientifique et technique des grands équipements associés.

Quels débouchés pour cette formation ?

– Doctorat (Bac+8) dans un laboratoire partenaire en France ou à l’étranger ou bien en partenariat avec une entreprise,
– Chercheurs en physique fondamentale ou appliquée (recherche et développement)
– Enseignants-chercheurs de l’enseignement supérieur, spécialité Physique,
– Ingénieur de recherche (public/privé),
– Cadres à profil “Ingénieur-Physicien” dans les secteurs de l’industrie et des services (commercialisation de matériel scientifique et technique, activité de conseil scientifique, formation scientifique, projet ITER…)

Fonctionnement de la formation à l’Université de Lorraine

Le Master-2 proposé à l’Université de Lorraine “Sciences de la fusion et des Plasmas” (SFP) couvre ainsi tous les domaines scientifiques et technologiques concernant les milieux ionisés par les approches théoriques, de simulation et d’expérimentation et propose un enseignement multidisciplinaire sur les plasmas. L’objectif est de former de futurs chercheurs en physique des plasmas capables d’intégrer dans les programmes de recherche nationaux et internationaux, notamment dans le domaine de la fusion par confinement magnétique et les procédés plasmas industriels.

Le détail des cours peut-être consulté sous l’onglet “Description des UEs“. Les intitulés de cours (27 ECTS pour le tronc commun) et le choix de la coloration (deux colorations sont proposées pour 9 ECTS) sont résumés ci-dessous :

Trois regroupements sont programmés pour tous les étudiants, d’une durée d’une semaine pour la visite des grands instruments (ITER et LMJ, octobre ou novembre), de quatre semaines pour la série de cours communs (9 ECTS) de l’événement d’hiver à Cadarache (février-mars), et de un ou deux jours pour les jurys de soutenance des stages (septembre).

Les stages d’une durée de 5 mois participent à l’immersion des étudiants dans le monde de la recherche. Les équipes de recherche adossées à la spécialité, impliquées dans les programmes internationaux, appartiennent à l’Institut Jean Lamour et à un consortium européen autour des plasmas et de la fusion. Le regroupement périodique des étudiants autour des grands instruments de recherche, à Cadarache et à Bordeaux, participe également de cette formation et immersion dans le monde de la recherche.

Relation avec le master Erasmus-Mundus Fusion-EP

A Nancy, ce parcours est mutualisé avec la deuxième année du programme de master Erasmus mundus FUSION-EP. Dans ce cadre, l’université de Lorraine est associée aux universités de Aix-Marseille, Gand, Stuttgart, Madrid et Prague, ainsi qu’avec l’IRFM-CEA-INSTN. Le jury de recrutement est commun aux  universités partenaires, de même que les jurys de soutenance de stage (les soutenances ont lieu durant le «summer event»). Les étudiants Erasmus participent également au regroupement d’hiver à Cadarache. Mais ils ont aussi dix jours de regroupement spécifique à Erasmus à Prague durant le mois de décembre.