Les débouchés sont les suivants :

Dans le cas du parcours « Recherche » :

  • Ingénieurs de recherche, chercheurs, enseignants-chercheurs. Dans ce contexte, des liens importants seront tissés entre le Master-2 proposé et les écoles doctorales aptes à proposer et soutenir des sujets de thèse intéressant la fusion et les plasmas.

Dans le cas du parcours « Professionnel » :

  • Ingénieurs de conception et de réalisation, chefs de projet. Dans ce contexte des liens importants seront tissés avec les entreprises appropriées.

Les recrutements sur tous ces emplois concernent différents secteurs publics ou privés :

  • La recherche publique, pour laquelle existe un flux régulier de recrutement dans les universités, et les grands organismes tels que le CNRS et le CEA.
  • Les instituts de recherche en fusion magnétique et inertielle, les laboratoires travaillant sur les plasmas, au niveau national et international.
  • Le milieu industriel, où nous pensons que des recrutements seront possibles dans les domaines suivants:
    • technologies de la fusion par confinement inertiel (Laser mégajoule) ou magnétique (Tore-Supra, JET, ITER)
    • cryomagnétisme et électrotechnique de puissance
    • instrumentation et métrologie par ondes, particules et optique (diagnostics de plasma)
    • ingénierie du nucléaire : matériaux, mesures nucléaires
    • informatique et méthodes numériques : simulation et modélisation de systèmes complexes.